Transfert de phtalates par les réseaux d’assainissement : étude de la station de Marne Aval

Auteur.e.s

C. Dargnat, M-J. Teil, M. Blanchard, M. Chevreuil

Université

LHE, UMR Sisyphe / EPHE, UPMC

DOI
https://doi.org/10.26047/PIREN.rapp.ann.2007.vol11

La production mondiale de phtalates est passée de 1.8 millions de tonnes en 1975 à 4.3 millions de tonnes en 2006 (Peijnenburg et Struijs, 2006). Le DEHP, le plus abondant des phtalates, entre dans la composition du chlorure de polyvinyle (PVC) utilisé pour fabriquer des matériaux de construction et dont les rejets pourraient augmenter de 80 % d’ici à 2020. La question de la contamination environnementale par les phtalates est donc d’actualité. Les phtalates sont des perturbateurs endocriniens avérés chez les animaux tels que les Rongeurs (Harris et al., 1997), les Poissons (Norrgren et al., 1999) et également, chez l’Homme. Chez ce dernier, les principales préoccupations portent sur la fertilité et sur le développement post-natal (Kavlock et al., 2002a, 2002b, 2002c, 2002d). Le DEHP est classé parmi les 33 substances prioritaires de la Directive Cadre sur l’Eau du parlement Européen (2000/60/CE). La circulaire du 28 juillet 2005, définit une Norme de Qualité Environnementale (NQE) en moyenne annuelle, pour le DEHP dans les eaux de surface de 1.3 µg.L-1. En Europe, l’interdiction d’emploi du DEHP dans les films alimentaires à usage unique a été précisée par la Directive Européenne 2007/19/CE. Par ailleurs, concernant l’industrie des cosmétiques, le DEHP (Directive 2004/93/CE) ainsi que le butylbenzylphtalate (Directive 2005/80/CE) ont été interdits d’emploi. A partir de leurs différentes sources d’émission, les phtalates sont également transférés vers les eaux de surface via l’atmosphère. Ainsi, les déversoirs d’orage comme les rejets des stations d’épuration et des industries contribuent à l’apport aux rivières. Ces composés ont été détectés dans différents compartiments de l’environnement : atmosphère, eau de surface, sédiment ou boue de station d’épuration. L’objectif de l’étude a été de déterminer l’importance des transferts de phtalates par les réseaux d’assainissement au niveau de l’agglomération de Seine-St-Denis et du Val de Marne (région parisienne), grâce à des travaux menés à la station d’épuration (STEP) Marne Aval (Noisy-le-Grand). De plus, l’incidence de la contamination du rejet de Marne Aval sur les concentrations en Marne a été abordée.

cendrine.dargnat@ccr.jussieu